Les robots riveteurs de Potez Aéronautique Actualité14/11/2013 LES ROBOTS RIVETEURS DE POTEZ AÉRONAUTIQUEL'Usine Nouvelle n° 3353

Le fabricant d’aérostructures Potez Aéronautique a mis en place une cellule robotisée capable de poser des rivets sur des surfaces gauches.

En décidant d’étudier la faisabilité de la mise en place d’une cellule robotisée, Potez Aéronautique n’avait pas choisi la facilité. Les séries sont beaucoup plus petites dans l’aéronautique que dans l’automobile et la forme des pièces complique la tâche. Sans parler des contraintes réglementaires liées au secteur. "Le projet a commencé suite à la crise de 2009, explique Roland Potez, le président de l’entreprise. Nous avons décidé de nous engager dans des modifications de notre outil de production pour être plus efficaces au moment de la sortie de crise. Il s’agissait également d’une démarche antidélocalisation."

La cellule de deux robots Fanuc installés en miroir assure le percement des trous, le fraisage et la pose de rivets. Les gains apportés ne se cantonnent pas à un rythme de travail supérieur. Le robot se place avec exactitude et réalise la tâche par lui-même, alors que jusqu’à présent il fallait concevoir, fabriquer et valider un appareil, un guide de perçage par exemple, qui place et dirige l’outil de forage. Un outillage coûteux à réaliser et à changer dès que le donneur d’ordres effectue une modification. "Avec le robot, le gain de réactivité est considérable. Nous avons beaucoup travaillé cet aspect, en interfaçant le robot avec le logiciel de CAO Catia.

En cas de modification, une reprogrammation simple suffit." La mise en place de la cellule a exigé une redéfinition des process de fabrication, avec la création d’une cellule de "progrès permanent". Les robots industriels n’étant pas adaptés aux exigences de précision requises pour l’industrie aéronautique, les ingénieurs de Potez ont développé l’outil à ajouter au bout du bras du robot et un système de vision en 3 D pour augmenter la précision. Les deux robots sont opérationnels et travaillent sur des plaques de grande taille, jusqu’à 7 mètres de longueur et 3 mètres de largeur, avec des surfaces gauches, géométriquement complexes ?